Debian

Debian est la distribution Linux de base pour le format de paquet .deb
Ici nous allons voir l’installation de Debian 10 avec deux disques en mettant le système sur le SSD, et le répertoire personnel de l’utilisation sur le disque dur.

Debian est une bonne distribution pour les serveurs, ou pour les personnes voulant en apprendre plus sur Linux car contrairement à la distribution Ubuntu et dérivé, très peu de chose sont configurées. L’installation est une Debian 10.5.0 qui est démarré sur un système UEFI .


Au démarrage de Debian, nous arrivons sur le grub du live-CD. Plusieurs choix s’offrent à nous, les deux qui nous intéressent vraiment sont :

  • Graphical install
  • Install

La différence principal est l’interface, cela n’aura d’impact que lors de l’installation, le choix graphical install offrant une interface plus convivial, nous allons donc choisir celui la. Dans une très grande majorité des cas, il n’est pas nécessaire de devoir choisir “Install”.


Suite à ce choix, il nous faut choisir le langage qui sera le langage pour l’installation et celui par défaut du système d’exploitation , nous sélectionnons donc Français.


En fonction du choix précédent, des propositions sont faites pour vous permettre de configurer votre fuseau horaire. Habitant en France, je choisis donc ce choix.


On arrive à la configuration du clavier, j’utilise personnellement un clavier azerty, je choisis donc Français.


Ici un nom de machine vous est demandé. En tant que particulier, vous pouvez mettre ce que vous voulez. En entreprise un nom faisant référence au département qui l’utilise, l’année d’achat de la machine, un numéro ou encore la localisation de la machine est favorisé.


Ici un nom de domaine est demandé, en tant que particulier il n’est pas nécessaire d’en spécifier un. Pour les entreprises, le DHCP devrait le fournir automatiquement.


Le mot de passe “root” vous ai demandé, il est comme un compte utilisateur normal, mais possède tous les droits ou peut se les attribuer. Il est par défaut disponible sur toutes les distributions. Il est toute fois possible que le compte root soit désactivé (Exemple: Ubuntu), si c’est le cas un utilisateur peut certainement s’attribuer les droits grâce à la commande sudo.


Le nom complet de l’utilisateur principal est demandé. Il permettra de pouvoir être affiché lors de l’écran de connexion, ou de pré-remplir des champs tels que sur la messagerie.


Un identifiant pour la création du compte utilisateur est demandé. Il doit être unique sur le système, c’est celui que vous devrez rentrer lors de l’écran de connexion.


Le mot de passe pour la création vous ai demandé. Il devra être spécifié après avoir rentré votre identifiant fournis précédemment.


Nous voici maintenant à la configuration des disques. Plusieurs méthodes s’offrent à vous, si vous n’avez pas de configuration spéciale au niveau des disques dur, vous pouvez prendre
“Assisté – utiliser un disque entier”.


On sélectionne le disque sur lequel on souhaite que le partitionnement s’effectue automatiquement, sur cette configuration nous possédons qu’un seul disque, il est celui que l’on choisit.


Le partitionnement assisté nous propose plusieurs schéma de partitionnement en fonction de nos besoins:

  • Tout dans une seule partition: Le système ne s’embête à partitionner tout est mis au même endroit.
  • Partition /home séparée: Le système sépare les fichiers systèmes des fichiers utilisateurs. Cela permet que si une réinstallation est nécessaire, de l’effectuer seulement sur la partition système qui est ” / ” ainsi le ” /home ” est préservé et l’utilisateur pourra retrouver tout ses fichiers.
  • Partitions /home, /var et /tmp séparées: Le système va séparer les trois partitions, /home comme la proposition ci-dessus pour préserver les fichiers utilisateurs. /var contient souvent des fichiers modifiés important à garder pour des services. /tmp est l’endroit ou sont écrit les données temporaire, il sera plus facile d’en écraser les données sur une partition différente.


Un plan de partitionnement est proposé en fonction du schéma choisit précédemment.


On confirme les changements qui vont être opérés sur les disques.


L’installeur demande si nous possédons un autre dispositif de stockage que nous pourrions mettre en place pour permettre une installation plus approfondit en limitant les téléchargements. (Plus vraiment valable avec les moyens d’aujourd’hui).


Les systèmes d’exploitations Linux utilisent des miroirs pour installer des paquets qui sont des logiciels. Un miroir est un dépôt qui va contenir une liste des logiciels installables, il existe plusieurs miroir à travers le monde pour que tout le monde ne soit pas connecté sur le même dépôt et ainsi éviter sur une-charge réseau du côté server. Nous choisissons France, un miroir de notre pays est très souvent l’un des plus rapides que nous pouvons trouver, même si ce n’est pas toujours le cas.


En fonction du pays choisis précédemment, il nous ai présenté tous les miroirs disponible du pays. Quand on ne sait pas lequel est le plus rapide, cela relève souvent du hasard.


Un server mandataire est un proxy sur le réseau, il est assez rare en tant que particulier d’en possédez un, sinon vous le sauriez. En entreprise, il est nécessaire de le spécifier si un proxy est présent sur le réseau.


Debian réalise des statistiques anonymement sur les paquets les plus utilisés sur sa distribution, c’est invisible aux yeux de l’utilisateur et permet à ses développeurs de pouvoir rendre rendre la distribution meilleure.


Arrive l’étape des logiciels à installer. Pour un particulier sur une station de travail, vous pouvez choisir un environnement de bureau selon vos préférences. Un seul environnement de bureau est conseillé parmi [Gnome / XFCE / KDE Plasma / Cinnamon / Mate / LXDE / LXQt] pour vous permettre de vous y retrouver.

Pour un server, il est conseillé de ne cocher aucun environnement de bureau, mais de laisser “Utilitaires usuels du système” pour administrer la base de votre server ainsi que “serveur SSH ” qui vous permettra de vous connecter à distance sans devoir être derrière l’écran du serveur. Ne pas cocher d’environnement de bureau permettra à votre serveur d’être plus léger, d’avoir moins de mise à jour à faire et moins de maintenance. Cela vous habituera également à la ligne de commande.


L’installation est maintenant terminée, vous pouvez retirer le support d’installation et profiter pleinement de votre Debian fraichement installée.